Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario défend les patients en s'opposant à la coûteuse taxe fédérale sur le carbone imposée aux hôpitaux

Communiqué

L'Ontario défend les patients en s'opposant à la coûteuse taxe fédérale sur le carbone imposée aux hôpitaux

La taxe fédérale sur le carbone, entrée en vigueur le 1er avril, haussera les coûts des établissements de l’Ontario

MILTON — Le gouvernement de l'Ontario travaille pour la population à renforcer et protéger les soins de santé et à défendre les patients en luttant contre la hausse des coûts des établissements publics causée par la taxe fédérale sur le carbone.

Trois jours après l'entrée en vigueur de la taxe fédérale sur le carbone, le fardeau financier se fait déjà ressentir sur les hôpitaux de la province. La taxe fédérale sur le carbone haussera les coûts annuels des hôpitaux de l'Ontario de 10,9 millions de dollars en 2019 et de 27,2 millions de dollars en 2022.

Rod Phillips, ministre de l'Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs, et Christine Elliott, vice-première ministre et ministre de la Santé et des Soins de longue durée, étaient à Halton Healthcare - Milton District Hospital aujourd'hui pour parler de l'impact que la taxe fédérale sur le carbone aura sur les coûts de chauffage des hôpitaux.

« Nous savons que la taxe fédérale sur le carbone augmentera ce qu'il vous en coûtera pour vous chauffer, faire le plein d'essence et nourrir votre famille, a dit le ministre Phillips. Plus que cela, la taxe sur le carbone aura un impact sur les établissements qui fournissent des services essentiels, voire vitaux, à la population de l'Ontario, comme les hôpitaux. »

Avec 27,2 millions de dollars, l'Ontario pourrait faire fonctionner les appareils d'IRM durant 104 615 heures de plus pour servir 157 000 patients supplémentaires. Ce montant pourrait aussi financer la pose de plus de 3 300 stimulateurs cardiaques.

« La taxe fédérale sur le carbone haussera les coûts de fonctionnement des hôpitaux de l'Ontario, a dit la ministre Elliott. Les hôpitaux devraient pouvoir concentrer leurs ressources sur la prestation de soins de qualité et axés sur les patients auxquels les Ontariens et Ontariennes s'attendent et qu'ils méritent, sans avoir à gérer des coûts de fonctionnement croissants et inutiles. Notre gouvernement s'est engagé à faire en sorte que l'argent aillent aux services de première ligne - comme cela se doit - afin d'améliorer l'expérience des patients et de fournir des soins de meilleure qualité et mieux connectés. »

Le Plan environnemental pour l'Ontario considère les priorités, les enjeux et les possibilités propres à notre province et s'engage à réduire les émissions ontariennes de 30 pour cent par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030, objectif qui s'aligne aux engagements du gouvernement fédéral en vertu de l'Accord de Paris, sans imposer de taxe sur le carbone aux groupes vulnérables de la province. Grâce aux efforts des particuliers et de l'industrie, l'Ontario a presque atteint cet objectif puisque les émissions de la province ont baissé de 22 pour cent depuis 2005.

« Notre plan prouve qu'on peut à la fois s'opposer à la taxe sur le carbone et continuer à lutter contre le changement climatique, sans avoir à choisir entre les deux, a conclu le ministre Phillips. L'Ontario mérite à la fois un environnement sain et une économie prospère. »

Le gouvernement reste engagé à contester le plan du gouvernement fédéral visant à imposer une taxe sur le carbone à la population de l'Ontario.

Faits en bref

  • Le système de tarification fondé sur le rendement pour les gros émetteurs du gouvernement fédéral est entré en vigueur le 1er janvier 2019.
  • La taxe fédérale sur le carbone fera augmenter les coûts annuels d’un ménage moyen de 258 $ en 2019 et de 648 $ d’ici 2022.
  • La taxe fédérale sur le carbone imposée aux carburants est entrée en vigueur le 1er avril 2019. Elle haussera le prix du carburant en Ontario de 4,4 cents par litre. La hausse sera de 6,6 cents en 2020, de 8,8 cents en 2021 et de 11,1 cents par litre en avril 2022.
  • La taxe fédérale sur le carbone fera augmenter le prix du gaz naturel en Ontario de 3,9 cents par mètre cube. La hausse s’élèvera à 5,9 cents en 2020, à 7,8 cents en 2021 et à 9,8 cents par mètre cube en avril 2022.
  • La taxe fédérale sur le carbone fera augmenter le prix du diesel de 5,4 cents par litre en 2019 et de 13,4 cents d’ici 2022.
  • L’Ontario fait partie d’une coalition de provinces qui ont promis de s’opposer à la taxe sur le carbone du gouvernement fédéral, jugée inconstitutionnelle. La Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick se sont rangés aux côtés de l’Ontario pour contester la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre du gouvernement fédéral, qui est une taxe déguisée et inconstitutionnelle. La cause de l’Ontario contestant la constitutionalité de la taxe fédérale sur le carbone sera entendue par la Cour d’appel du 15 au 18 avril 2019.
  • Comme le souligne le plan environnemental de l’Ontario, la province s’est engagée à atteindre sa part de l’objectif que le Canada a fixé pour 2030, tout en reconnaissant les circonstances uniques de notre économie. Entre 2005 et 2016, l’Ontario a réduit ses émissions d’environ 22 pour cent.
  • Le Plan environnemental pour l’Ontario s’engage à réduire les émissions de la province de 30 pour cent par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030, sans imposer de taxe sur le carbone.
  • Selon un sondage mené par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante auprès de propriétaires d’entreprise de l’Ontario, de la Saskatchewan, du Manitoba et du Nouveau-Brunswick, 87 pour cent sont opposés à cette taxe fédérale sur le carbone.

Document d’information

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Environnement et énergie Gouvernement