Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le gouvernement pour la population de l'Ontario réduit les formalités administratives pour favoriser la création et la protection d'emplois

Communiqué

Le gouvernement pour la population de l'Ontario réduit les formalités administratives pour favoriser la création et la protection d'emplois

La Loi pour un Ontario ouvert aux affaires éliminerait les fardeaux destructeurs d’emplois

TORONTO — Le gouvernement pour la population de l'Ontario prend des mesures concrètes pour que l'Ontario soit ouvert aux affaires, et pour faire croître l'économie et favoriser la création et la protection de bons emplois partout dans la province.

Le ministre responsable de la réduction des formalités administratives et des fardeaux réglementaires, M. Jim Wilson, la ministre du Travail, Mme Laurie Scott, et la ministre de la Formation et des Collèges et Universités, Mme Merrilee Fullerton, ont annoncé une série de changements qui seraient apportés à des règlements et à des lois. Si les changements proposés sont adoptés par l'Assemblée législative, il sera plus facile pour les employeurs ontariens d'engager du personnel et plus facile pour les travailleurs de trouver un emploi et de faire avancer leur carrière en Ontario.

« Pour que l'économie soit au service des gens, il faut garder et multiplier de bons emplois chez nous, en Ontario, a déclaré M. Wilson. Cela ne se fera pas tout seul, a-t-il précisé. Il faudra commencer par réduire les formalités administratives inutiles qui chassent les emplois et les investissements hors de notre province. »

Si la Loi pour un Ontario ouvert aux affaires est adoptée par l'Assemblée législative de l'Ontario, il sera possible pour un nombre accru d'employeurs ontariens de stimuler la création d'emplois et les investissements, car elle permettra de réduire les règlements inutiles qui sont inefficaces, rigides et désuets, tout en maintenant des normes pour assurer la sécurité et la santé de la population ontarienne.

« Notre plan repose sur la conviction que l'Ontario peut être à nouveau un excellent endroit où investir, croître et créer des emplois », a déclaré M. Wilson.

Dans le cadre des réformes proposées, les ministres ont annoncé que le gouvernement prendrait des mesures immédiates pour abroger le gros des formalités administratives astreignantes et néfastes pour l'emploi que le gouvernement précédent avait imposées par son fameux projet de loi 148. Entre autres réformes, le salaire minimum en Ontario serait maintenu à 14 $ de l'heure jusqu'en 2020 et serait ensuite suivi d'augmentations liées à l'inflation. Le gouvernement remplacerait également les règles désastreuses du congé d'urgence personnelle que le gouvernement précédent avait imposées. Au lieu de cela, pour la première fois dans l'histoire de l'Ontario, les travailleurs pourraient prendre jusqu'à trois jours de congé pour une maladie personnelle, deux jours de congé pour un deuil et trois jours de congé pour des responsabilités familiales. Les dispositions actuelles se rapportant aux congés pour violence familiale et sexuelle seraient maintenues, ce qui est une bonne protection pour les employés. Les réformes proposées réduiraient également le fardeau administratif relié à l'établissement des horaires et permettraient d'actualiser la Loi sur les relations de travail

« Les réformes annoncées aujourd'hui sont essentielles pour créer de bons emplois et stimuler de nouveaux investissements, a déclaré Mme Scott. Nous allégeons le fardeau qui pèse sur les entreprises et nous voulons que le bon travail soit récompensé tout en prouvant au monde entier que l'Ontario est ouvert aux affaires, a-t-elle ajouté. Les entreprises devraient avoir l'assurance d'une réglementation raisonnable et prévisible. Et toutes les personnes qui travaillent devraient avoir l'assurance d'un bon emploi et d'un milieu de travail sûr. »

Si la Loi pour un Ontario ouvert aux affaires est adoptée, elle permettrait aussi d'aborder le manque de main-d'œuvre dans les métiers spécialisés en Ontario en remplaçant le modèle actuel, qui est désuet, par un ratio qui serait d'un compagnon par apprenti pour chaque métier pour lequel des ratios sont établis. Cela permettrait de mieux aligner l'Ontario sur les autres provinces et territoires. Si la loi est adoptée, elle permettrait aussi de moderniser le système d'apprentissage en amorçant le démantèlement progressif et ordonné de l'Ordre des métiers de l'Ontario, qui est une source de complexité lourde et inutile pour les emplois dans les métiers spécialisés de la province.  

« Il existe de nombreuses possibilités formidables et dynamiques dans les métiers spécialisés en Ontario, a déclaré Mme Fullerton. En fait, dans cinq ans, un nouvel emploi sur cinq sera relié aux métiers, a-t-elle précisé. En Ontario aujourd'hui, les employeurs ne peuvent pas trouver d'apprentis et les apprentis ne peuvent pas trouver un emploi. Nous pensons que les personnes qui sont prêtes à occuper un emploi devraient avoir la chance d'occuper cet emploi. »

Le gouvernement va continuer d'examiner systématiquement tous les règlements de l'Ontario, puis de rationaliser, de moderniser et, dans certains cas, d'éliminer ceux qui sont inutilement compliqués ou désuets, ou qui sont redondants.

« Notre gouvernement a dit clairement, dès le début, qu'il allait rendre l'Ontario ouvert aux affaires, a déclaré M. Wilson. Il est temps de faire revenir en Ontario des emplois de qualité et d'aider les familles à prendre de l'avance. Cette loi n'est qu'un moyen parmi d'autres pour notre gouvernement d'atteindre cet objectif. »

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

  • Sarah Letersky

    Bureau du ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce

    Sarah.Letersky@Ontario.ca

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement Travail et emploi