Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Première unité de santé mentale pour détenues en Ontario

Communiqué

Première unité de santé mentale pour détenues en Ontario

Un investissement pour aider les femmes ayant des besoins aigus de santé mentale

Ministère du Solliciteur général

WHITBY — Le gouvernement de l'Ontario collabore avec le Centre des sciences de la santé mentale Ontario Shores (le « Centre Ontario Shores ») pour créer la première unité spécialisée de la province destinée à répondre aux besoins aigus en santé mentale de détenues. Le gouvernement investit 1,2 million de dollars cette année pour créer l'unité et 2,3 millions de dollars les années suivantes pour assurer un financement continu.

Située au Centre Ontario Shores, la nouvelle unité sera dotée de cinq lits pour le traitement de femmes qui ont de graves troubles de santé mentale. Des femmes seront envoyées au Centre Ontario Shores si elles ont besoin de soins plus poussés que ceux que peut leur offrir le Centre Vanier pour femmes.

« Plus d'un tiers des femmes qui sont admises dans nos établissements correctionnels ont des troubles mentaux de quelque sorte, a expliqué la solliciteure générale Sylvia Jones. Ce nouveau partenariat nous permet de fournir des soins de santé plus efficaces et plus intégrés pour ces femmes. »

Grâce à ce partenariat avec le Centre Ontario Shores, ces places permettront de fournir des soins hospitaliers en psychiatrie spécialisés à des détenues gravement malades, qui bénéficieront d'un cadre hospitalier structuré, en milieu fermé et thérapeutique. En outre, l'unité spécialisée offrira des services d'intervention comportementale, du counseling, des évaluations psychologiques, des soins pour les Autochtones et des activités de loisirs.

La nouvelle unité spécialisée devrait être opérationnelle d'ici la fin 2020. En attendant, le Centre Ontario Shores commencera à accepter des détenues ayant des besoins aigus en santé mentale dans son unité d'évaluation en milieu fermé existante pour traitement, dès janvier 2020.

« Nous sommes heureux de ce partenariat avec le ministère du Solliciteur général en vue de fournir ce nouveau service, a déclaré Karim Mamdani, président-directeur général du Centre Ontario Shores. Dans notre province, et quelle que soit la façon d'avoir accès au système des soins de santé mentale, tous les habitants devraient pouvoir recevoir des soins quand ils en ont besoin, et ce nouveau programme nous rapproche de notre objectif de fournir des soins de santé mentale accessibles pour tous. »

« Les personnes ayant des troubles mentaux et des problèmes de dépendance sont surreprésentées dans le système correctionnel de l'Ontario, a expliqué la vice-première ministre et ministre de la Santé, Christine Elliott. Grâce à cette nouvelle unité spécialisée, l'Ontario fournira des soins de santé mentale aux détenues qui ont des besoins complexes et qui nécessitent des soutiens aigus. »

« Notre gouvernement continue de remplir sa promesse de donner la priorité à la santé mentale et à la lutte contre les dépendances, a affirmé Michael Tibollo, ministre associé délégué à la Santé mentale et à la Lutte contre les dépendances. Trop de femmes, dans notre système judiciaire, sont touchées, chaque jour, par des troubles de santé mentale et des difficultés causées par des dépendances. Grâce à ce partenariat, nous prenons des mesures concrètes pour assurer des soins plus efficaces et plus approfondis qui répondront aux besoins uniques de ces femmes. »

C'est une façon de plus, pour le gouvernement de l'Ontario, d'améliorer le système correctionnel et d'aider les agents des services correctionnels de première ligne.

Faits en bref

  • Chaque jour, on compte environ 587 femmes adultes dans des établissements correctionnels provinciaux en Ontario.
  • La durée de séjour dans la nouvelle unité dépendra des besoins individuels des détenues.
  • Parmi les 25 établissements correctionnels pour adultes de l’Ontario, 16 abritent des femmes.

Ressources additionnelles

Citations

« La Société John Howard de l’Ontario salue l’investissement du gouvernement provincial dans des places spécialisées dans un hôpital de soins de santé mentale spécialisés, pour des femmes ayant des besoins de santé mentale aigus. Nous avons appelé à une meilleure intégration des services de santé entre les services correctionnels et le système des soins de santé communautaires, car il est prouvé que cela permet d’améliorer la continuité des soins et les chances d’une bonne réinsertion. L’annonce d’aujourd’hui est le signe d’un pas important dans cette direction et de l’engagement de trouver une solution à ces problèmes complexes. Traiter des problèmes de santé mentale dans un cadre de soins de santé est plus humain et efficace. »

Paula Osmok

directrice générale, Société John Howard de l’Ontario

« Nous nous sommes mobilisés pour renforcer les soutiens destinés aux personnes détenues dans nos établissements correctionnels qui ont des troubles mentaux; ceci comprend la provision de soins dans un cadre de soins de santé approprié. Leur rétablissement, leur réhabilitation et en fin de compte leur réinsertion dans la société dépendent en grande partie d’investissements comme celui d’aujourd’hui. Cette annonce du soutien du gouvernement pour les soins de santé mentale dans notre province est très encourageante et nous nous réjouissons de poursuivre notre collaboration en vue d’améliorer les soins pour les personnes incarcérées. »

Mary Alberti

directrice générale, Schizophrenia Society of Ontario

« Nous félicitons le gouvernement de l’Ontario de fournir des soins respectueux et dignes à ces membres vulnérables de la population. En créant cette unité de santé mentale pour des femmes ayant des besoins aigus, détenues dans des établissements correctionnels, le gouvernement présente un modèle innovant et unique en son genre, qui facilitera le rétablissement des détenues. »

Linda Gallacher

directrice générale, Association canadienne pour la santé mentale, filiale de Durham

« L’annonce d’aujourd’hui est un pas en avant pour la santé mentale dans les établissements correctionnels et nous nous réjouissons de poursuivre notre partenariat dans l’objectif de créer un Ontario plus sain et plus sûr. »

Chris Jackel

co-président, comité des relations employés-employeur pour le ministère des Services correctionnels

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Lois et sécurité